Home » Informatique » Crimes et délits

Crimes et délitsJudah Rosenthal est un savant humaniste et couvert d’honneurs, c’est aussi un lâche, un escroc et un menteur. Les circonstances l’amèneront à commettre un crime majeur. Cliff Stem est un documentariste aussi intègre que malchanceux. Le cul-de-sac dans lequel il s’est fourvoyé l’amènera à commettre un délit mineur. Un jour, le hasard réunira les deux hommes. Merveilleux Woody Allen. Loin des modes et d’Hollywood, il poursuit inlassablement une œuvre qui restera parmi les plus importantes de l’histoire du cinéma américain. «Crimes et délits» se situe dans la veine de «Hannah et ses sœurs», c’est-à-dire que l’humour y fait bon ménage avec la tragédie. Dans le rôle d’un cinéaste malheureux, Woody Allen campe un intellectuel masochiste totalement irrésistible. Mais c’est Martin Landau qui crée la surprise : après son comeback dans «Tucker» de Coppola, il confirme ici qu’il peut entamer une brillante seconde carrière. Enfin, «Crimes et délits», bien que souvent drôle, est un film d’un pessimisme total. En tant que cinéaste, Woody Allen a une morale. Il est le peintre, sans complaisance, des passions humaines et le miroir qu’il nous tend nous renvoie à nos propres faiblesses.

Après l’indéniable succès remporté en 1989, l’opération 18 H-18 F (lancée par la mairie de Paris) est renouvelée cette année. 18 H-18 F, c’est la possibilité d’aller au cinéma à la séance de 18 heures, pour la somme de 18 francs, dans toutes les salles obscures parisiennes, et cela, du 14 au 20 février. Après un bilan plus qu’encourageant l’an dernier (225 % d’augmentation de la fréquentation avec un effet dynamisant sur les semaines suivantes), les responsables espèrent bien réitérer leur exploit. Histoire de donner plus de relief à l’opération, les Champs-Élysées accueilleront, pendant la même période, une exposition en plein air avec 18 portraits d’acteurs — dont Belmondo, Depardieu, Deneuve et Noiret — exposés sur des supports lumineux.

Nicolas Cage, Sean Young et Tommy Lee Jones tournent «Wings of the Apache» de David Green. Dans ce film, des trafiquants de drogue sont pourchassés par une unité de l’armée qui veut faire cesser les actions terroristes qu’ils financent.

James Spader, très recherché depuis «Sexe, mensonges et vidéo», donnera la réplique à Susan Sarandon dans «White palace» de Luis Mandoki, un film produit par Amy Robinson et Griffin Donne.

Gene Wilder et Christine Lahti seront les vedettes de «New York Times», film réalisé par Leonard Nimoy («Trois hommes et un bébé»).

Mel Gibson a pris une option (avant publication) sur les droits cinéma d’un roman de Katis Morton intitulé «Deadline Salonika». Le livre traite de la mort du journaliste George Polk, assassiné alors qu’il couvrait la guerre civile grecque en 1948. L’événement provoqua, à l’époque, une enquête internationale.

Bette MidlerBette Midler incarnerait bientôt ma Ray Hutton, chef d’orchestre qui, pendant la dernière guerre, dirigeait un groupe entièrement féminin. Emile Ardo-lino («Dirty dancing») mettra en scène ce film. Bette Midler, qui vient de tourner «Stella», un mélodrame, a de nombreux autres projets dont un, «Angryhousewives», avec Cher. Dans cette comédie musicale, quatre mères de famille (dont Bette et Cher), fatiguées de ne s’occuper que de tâches domestiques, décident de former un orchestre de rock punk

Woody Allen tourne à New York une nouvelle œuvre non encore titrée. La distribution comprend William Hurt, Alec Baldwin et, bien entendu, Mia Farrow. VVoody Allen ne s’est pas écrit un rôle pour ce nouveau film.

Dans «Filofax», James Belushi est un malfrat qui, à sa sortie de prison, trouve le carnet d’adresses et de rendez-vous d’un homme d’affaires (Charles Grodin) dont il décide d’emprunter l’identité. Le film est en cours de tournage sous la direction d’Arthur Hiller.

Frank Marshall, coproducteur (avec Kathleen Kennedy) de tous les films de Steven Spielberg, fait ses débuts dans la mise en scène avec «Arachniphobia», un film dont la vedette est Jeff Daniels.

Les vedettes de Hollywood semblent de plus en plus attirées par les théâtres new-yorkais. Dustin Hoffman incarne Shylock dans «Le marchand de Venise» et Kathleen Turner a accepté d’être «La chatte sur un toit brûlant» (avec Charles Durning) à Broadway dès le 14 mars.

Jon Peters et Peter Guber ont pris le contrôle des destinées artistiques de la Columbia depuis que Sony acheté le fameux studio à Coca-Cola pour trois milliards de dollars. Dawn Steel, présidente du studio, n’a toujours pas démissionné, mais c’est, dit-on à Hollywood, imminent. D’autant que Peters et Guber ont mis un stop brutal à un projet de Steel, dont le tournage devait démarrer dans un mois. Le film en question est «Skirts»; le metteur en scène (Ken-ny Ortega, chorégraphe de «Dirty dancing») et les acteurs,(Debbie Gibson, Rose Perez) se préparaient pour le tournage. Lynda Obst, la productrice, cherche activement le soutien d’un autre studio pour démarrer le film. À la date prévue si possible.

Nick Nolte, Eddie Murphy et le metteur en scène Walter Hill se retrouvent pour «48 heures 2», en cours de tournage actuellement à Las Vegas.

Après avoir travaillé (avec et pour Sylvester Stallone) sur deux films qui ne se sont jamais concrétisés, te réalisateur William Friedkin est passé à l’action. Il vient de tourner «Carmilla», un thriller surnaturel avec Jenny Seagrove et Dwyer Brown.

 

Lorsqu’il aura terminé «Piège de cristal 2» de RennyHarlin, Bruce Willis tournera «Hudson hawk» de Michael Lehman, avec lsabella Rossellini.

Sous le titre « Bedroom farce», Chuck Vincent tourne actuellement (avec Kevin Thomasen, OnaSimms et Rebecca Lynn) une adaptation de la pièce de Feydeau «Occupe-toi d’Amélie».

Kevin CostnerComme on le sait, Kevin Costner fait ses débuts de réalisateur avec «Dance of wolves». Le film, qui se déroule en 1863, raconte l’histoire d’un soldat nordiste (Costner) en garnison dans l’ouest des États-Unis. Il se lie d’amitié avec une tribu de Sioux et tombe amoureux d’une jeune femme blanche (Mary McDonnell) élevée par eux. Pendant le tournage, Costner a accumulé vingt-trois jours de retard sur le plan de travail. Le budget initial de seize millions de dollars est passé à dix-huit.

Norman Jewison («Éclair de lune») réalisera «Other people’s money», un film sur l’amour et l’ambition dans les hautes sphères de la finance américaine.

John Schlesinger, metteur en scène du fameux « Marathon man», a de nombreux projets. Il espère pouvoir réaliser «Toy soldiers», adaptation d’un roman de William Kennedy, dont l’action se déroule dans un lycée privé italien où des enfants de riches Américains sont pensionnaires. Un groupe de terroristes investit l’endroit pour obtenir, des États-Unis, une énorme rançon. Mais l’un des garçons, âgé de dix-sept ans, décide de convaincre ses condisciples à résister et, même, à recouvrer leur liberté eux-mêmes. Autre projet de Schlesinger «Pacific heights», un suspense avec Melanie Griffith.

Le film se déroulant dans les milieux du jazz, que Spike Lee a tourné sous le titre «A love supreme», a été rebaptisé «Variations on the mo better blues». Denzel Washington y incarne Bleek Gilliam, un musicien qui essaie de concilier les exigences de sa carrière et celles de sa vie personnelle. Cynda Williams joue le rôle de la femme aimée par Bleek, et Spike Lee, lui-même, incarne son meilleur ami.

Meryl Streep fait ses débuts d’actrice comique dans «She devil» de Susan Seidelman auprès de Roseanne Barr. Le film est sorti en décembre aux États-Unis. Infatigable, Meryl Streep reprend les chemins des studios avec (et sous la direction de) Albert Brooks dans «Defending your life».

Oliver Stone a pris une option sur «Wonderland avenue tales of glamour and excess», un roman de Daisy Sugarman.

Le tournage d’un des films les plus attendus par le public américain a démarré fin 1989. La suite du «Parrain», intitulée «The godfather : the continuing story», est une réalité puisque Francis Coppola s’active au tournage, en Sicile d’abord, à Rome ensuite, à New York enfin. Al Pacino, Diane Keaton et Talia Shire reprennent leurs rôles originaux. Andy Garcia et Eh i Wallach créent de nouveaux personnages. Coppola serait tellement heureux de renouer avec la fameuse saga qu’il envisagerait déjà de tourner un quatrième volet.

Depuis le succès de son dernier film («Uncle Buck» de John Hughes), John Candy est sollicité. En fait, il a trois projets pour 1990. «Delirious» d’abord, une comédie où il sera un scénariste de feuilletons de télévision ; ensuite un film, toujours sans titre, écrit par Dan Aykroyd, et dont ce dernier sera la covedette; «On the air» enfin, une troisième comédie où il aura Rick Moranis pour partenaire.

Sean Penn et Ed Harris ont tourné à New York un film intitulé «State of grace» qu’a réalisé Phil Joannou. Penn y est un policier qui s’infiltre dans un gang de Manhattan et tombe amoureux de la sœur (Robin Wright) d’un mafioso (Gary Oldman).

Une suite très attendue : «Rocky 5». Dirigé par John G. Avildsen (metteur en scène du premier «Rocky»), le film serait, jure Stallone, le dernier de la série. Talia Shire reprend son rôle dans «Rocky 5», comme elle le fait dans «Le parrain 3».

Deux ans après «Chocolat», Claire Denis s’apprête à diriger Isaach de Bankolé, Solveig Dom-martin (égérie de Wim Wenders) et Jean Vanne dans un film dont le premier tour de manivelle sera donné en mars à Berlin. Curiosité r Denis a demandé à Christopher Buchholz (fils de Horst et déjà vu dans «House on Carroll Street» de Pater Yates) d’incarner le fils de Yanne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>